Le concours de conseiller pénitentiaire d’insertion et probation

Les conditions d’accès

 Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation sont recrutés par deux concours distincts (externe et interne).

Les candidats aux deux concours doivent réunir les conditions suivantes :

  • posséder la nationalité française,
  • jouir de leurs droits civiques,
  • se trouver en position régulière au regard du code du service national, le cas échéant,
  • remplir les conditions d’aptitude physique exigées pour l’exercice de la fonction,
  • ne pas avoir de mention au bulletin n°2 du casier judiciaire incompatible avec l’exercice des fonctions.

Le concours externe est ouvert aux personnes titulaires d’un diplôme sanctionnant la réussite de deux années d’enseignement supérieure après le baccalauréat soit d’un titre ou diplôme équivalent.

Les candidats au concours externe doivent en outre être titulaires soit du D.E.U.G ou du D.U.T, soit du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé, soit du diplôme d’Etat d’assistant de service social ou de l’un des titres ou diplômes reconnus équivalents dont la liste est fixée ci-après :

  • * titres ou diplômes sanctionnant un niveau de formation correspondant à deux années d’études postsecondaires, délivrés par une autorité administrative ou un établissement public ou un établissement d’enseignement supérieur privé reconnu par l’Etat et autorisé à délivrer un diplôme visé par le Ministre chargé de l’enseignement supérieur.
  • * titres ou diplômes de l’enseignement technologique homologués, en application de la loi du 16 juillet 1971, au niveau III et au-dessus de la nomenclature interministérielle des groupes de formation (arrêté du 17 juin 1980 complété).
  • * décisions de validation délivrées par un président d’université ou un directeur d’établissement d’enseignement supérieur public, en application du décret du 23 août 1985, en vue d’une inscription sous réserve en première année de second cycle d’études supérieures.
  • * titres ou diplômes étrangers homologués en qualité de diplômes d’études universitaires générales, en application du décret du 2 août 1960.
  • * titres ou diplômes étrangers correspondant à un diplôme national d’enseignement supérieur français d’un niveau égal au D.E.U.G et valable de plein droit sur le territoire de la République française.
  • * diplômes d’Etat ou diplômes professionnels reconnus équivalents au niveau III.
  • * diplômes délivrés dans un des Etats membres de la Communauté européenne et assimilés au D.E.U.G par la commission prévue par l’arrêté du 27 juillet 1995 fixant les règles de saisine, de fonctionnement et de composition des commissions instituées par chaque ministère ou établissement public de l’Etat, à la Poste et à France Télécom et chargées de se prononcer sur les demandes d’assimilation, pour l’accès aux concours de la fonction publique de l’Etat, des diplômes délivrés dans d’autres Etats membres de la Communauté européenne (J.O du 30 juillet 1995).

N.B. : Les candidats doivent remplir la condition de diplôme au plus tard à la date de la première épreuve écrite.

Des dérogations aux conditions de diplômes sont accordées aux personnes élevant ou ayant élevé trois enfants et plus et aux sportifs de haut niveau figurant sur la liste des sportifs de haut niveau fixée chaque année par le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports. Les conditions de diplôme ne leur sont pas opposables.

Le concours interne est proposé aux fonctionnaires et agents de l’État, des collectivités territoriales ou établissements publics qui en dépendent, justifiant d’au moins 4 ans de services publics effectifs au 1er janvier de l’année du concours.

Deux épreuves écrites d’admissibilité

a) une composition portant sur un sujet d’ordre général relatif à l’évolution politique, économique et sociale de la France contemporaine (durée : 4 heures – coefficient : 3) ;

b) une épreuve de note de synthèse à partir d’un dossier portant sur les libertés publiques ou des problématiques liées à la justice (durée : 3 heures – coefficient 2).

Une épreuve orale d’admission

Cette épreuve consiste en un entretien avec le jury visant à apprécier la personnalité, les aptitudes et les motivations du candidat à exercer les fonctions de conseiller d’insertion et de probation en milieu pénitentiaire.

Cet entretien a pour point de départ un exposé du candidat à partir d’un sujet tiré au sort, portant sur le programme de connaissances générales  (temps de préparation : 15 minutes ; durée de l’entretien : 30 minutes maximum, dont quinze minutes au plus d’exposé ; coefficient 2).

Les annales

  Consultez les annales