Nos ouvrages

Pour tous les concours, travaillez avec des  ouvrages de référence régulièrement remis à jour et édités par nos auteurs sous la direction de l’Institut SupConcours :

Pour la géographie économique

Pour le concours d’entrée en IFSI

Pour maîtriser toutes les épreuves de méthode

Détails sur le produit

 

Des ouvrages à consulter

Actualités & fiches

  • Fiches concours, La Documentation française.

Les fiches de synthèse présentent des grandes questions d’actualité  : les enjeux, les débats, les principales références (dates, chiffres, textes réglementaires). Elles assurent une mise à jour des connaissances des candidats sur des thèmes d’actualité.

Ouvrages de culture générale

  • Leçons particulières de culture générale, Éric Cobast, Puf.

Pas réédité depuis 2002 et pourtant considéré comme un indémodable pour certains. Un classique, certes mais qui possède une particularité: c’est une véritable réflexion qui exige parfois d’avoir des notions sur les thèmes abordés (plutôt à caractère philosophique). Contrairement à d’autres manuels qui alignent chiffres, dates et faits avec en sus les deux trois citations à insérer pour faire bien, il s’agit là d’un travail d’auteur, ce dernier étant d’ailleurs un excellent pédagogue. Les ouvrages de ce professeur s’adressent aux candidats passant des concours de catégorie A+, la culture générale ayant disparu de la plupart des autres concours, d’autre part, les autres concours (tel celui des IRA ou attaché territorial) étant maintenant axés sur les thèmes d’actualité.

  • Petites leçons de culture générale, Éric Cobast, Puf.

Du condensé par rapport au titre précédent et un peu moins cher. Mais le principe est le même: une réflexion sur plusieurs thèmes.

  • Essentielles de culture générale, Éric Cobast, Puf.

Quand une recette marche…pourquoi s’en priver. Du condensé par rapport aux Leçons, mais toujours bon à lire pour une véritable réflexion.

  • Culture générale, Éric Cobast, Puf.

Dans la lignée des précédents, un ouvrage roboratif, utile à la réflexion.

  • Les 100 mythes de la culture générale, Éric Cobast, Puf.

En attente de commentaires.

  • Les 100 mots de la culture générale, Éric Cobast, Puf.

Il faut savoir qu’un bon auteur est un auteur sollicité. L’éditeur encourage toujours de nouvelles productions, espérant que la tête de gondole attirera le chaland. Par rapport aux autres livres de l’auteur, celui-ci n’était pas nécessaire.

  • Les 100 dates de la culture générale, Éric Cobast, Puf.

Après les mots, les dates…bientôt les 100 chiffres à connaître !! Même remarque que pour l’ouvrage précédent, l’auteur est invité à recycler un savoir précieux dans un ouvrage qui doit satisfaire désormais à des critères marketing.

  • Éléments de culture générale, Emmanuelle Huisman & Thierry Leterre, La Documentation française

Un classique du genre mais concentré sur seulement quatre cinq thèmes. Pas forcément très exploitable directement, car les auteurs apprécient les concepts plus que les exemples. Surtout, malgré l’édition récente, l’ouvrage n’est plus tout à fait en phase avec les rares concours comprenant encore de la culture générale et qui ne sont pas de la haute fonction publique. Les concours externes d’attaché et rédacteur territorial par exemple sont maintenant axés sur la connaissance de l’environnement territorial plus que la culture générale « classique » telle que présentée dans l’ouvrage.

Ouvrages thématiques

L’Europe

  • L’Europe aux concours, La Documentation française.

Épreuve de note

  • La note, Pierre Gévart, Gérard Castex, La Documentation française.

Sous la réserve indiquée pour les épreuves de méthode (On attire l’attention des lecteurs sur le fait que les ouvrages papier, sans aucun entraînement, permettent au mieux une bonne connaissance de l’épreuve. Mais rien ne vaut un entraînement, puisque pour ce type d’épreuve, le jury attend un savoir-faire et non un savoir), l’ouvrage présente un intérêt: il traite des trois types de note, synthèse, administrative, de propositions. Mais en même temps, on peut considérer que c’est un handicap car excepté le concours d’ingénieur territorial, rares sont les candidats qui passent deux a fortiori trois types de notes différents. Donc l’ouvrage est à 2/3 inutile en général pour la plupart des acheteurs. Surtout, une réserve doit être émise pour les ouvrages consacrés à la note au concours des IRA car les  corrigés sont plus que succincts et pas du tout probants.

Épreuve d’oral

  • La RAEP dans les concours, La Documentation française.

Depuis, la loi du 2 février 2007 relative à la modernisation de la fonction publique, la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP) a fait une entrée fracassante dans les concours de la fonction publique. Cette nouvelle épreuve, qui existe aujourd’hui dans de nombreux concours, permet aux candidats de valoriser l’expérience et la compétence professionnelles acquises dans l’exercice de leurs fonctions au sein d’une administration de l’État. Le manuel est très spécialisé donc sur cette seule épreuve.

  • Entretien avec le jury, Chantal Perrin, La Documentation française.

Même remarque qu’avec toutes les épreuves de méthode plus que de savoir: les ouvrages papier, sans aucun entraînement, permettent au mieux une bonne connaissance de l’épreuve. Mais rien ne vaut un entraînement, puisque pour ce type d’épreuve, le jury attend un savoir-faire et non un savoir.

Épreuve de questions sociales

  • Les Questions sociales aux concours, La Documentation française.

Utile notamment pour le concours des IRA, mais pas uniquement.

Épreuve de résumé

  • Le résumé de texte aux concours, La Documentation française.

Pourquoi pas. On attire l’attention des lecteurs sur le fait que les ouvrages papier, sans aucun entraînement, permettent au mieux une bonne connaissance de l’épreuve. Mais rien ne vaut un entraînement, puisque pour ce type d’épreuve, le jury attend un savoir-faire et non un savoir. Quand vous allez chez le boulanger, cela ne vous intéresse pas de savoir s’il peut vous réciter la recette du pain: ce qui vous intéresse, c’est qu’il vous serve un bon pain. Idem aux concours: on attend un bon résumé et non une connaissance de la méthode.