Réussir la note de synthèse avec propositions au concours d’inspecteur des finances publiques en 10 étapes

La note de synthèse avec propositions est apparue au concours d’inspecteur des finances publiques en 2011. Elle existait déjà pour d’autres concours, tel celui d’ingénieur territorial.

La nature du travail: deux notes séparées

L’arrêté du 2 mars 2011 fixant les règles d’organisation générale, la nature et le programme des épreuves des concours pour l’accès au grade d’inspecteur des finances publiques met en place une première épreuve consistant en la :

 « rédaction d’une note de synthèse à partir d’un dossier relatif aux questions économiques et financières. Cette épreuve est destinée à vérifier les qualités d’expression, d’analyse et de synthèse du candidat ainsi que son aptitude à dégager des conclusions et/ou formuler des propositions. Le dossier documentaire ne peut excéder 25 pages ».

Il y avait pu y avoir ambiguïté en 2011-2012 sur la question de savoir s’il fallait une seule note ou deux (une de synthèse puis une de propositions). Il n’y en a plus en 2017. Dès fin 2012, le rapport de jury indiquait :

« Note de synthèse : les candidats ont souvent été désarçonnés par des questions de forme. Les documents à lire et à synthétiser sont apparus volumineux alors que leur longueur apparente n’était due qu’à la typographie utilisée (police et taille de caractères). Par ailleurs, le fait qu’il soit demandé dans le libellé du sujet d’indiquer « ensuite » les mesures prises ou à prendre n’a pas été compris comme étant un travail nécessairement distinct de la synthèse. »

Vous devez donc rédiger deux notes bien différentes, une de synthèse et une de propositions.

Votre travail consiste donc à présenter sous forme de deux notes séparées, représentant environ six pages, les idées, les informations essentielles et des propositions, à partir d’un dossier contenant de 25 à 40 pages. Le décret indique 25 pages. Mais soyons larges d’esprit, le nombre de pages ne veut pas dire grand-chose, lorsqu’on peut modifier la taille des caractères…

Le dossier à partir duquel vous rédigerez la synthèse comporte des documents d’inégales valeur et longueur (entre quatre et quinze documents différents). Il s’agit de textes de loi au sens large (loi, décret, arrêté, circulaire, règlement intérieur), d’articles de presse généraliste, d’articles de revues plus spécialisées, d’articles de doctrine, de jurisprudences, de discours, de rapports ou encore d’extraits de site Internet.

L’objectif de l’exercice

Le but de l’exercice est de jauger la justesse du raisonnement du candidat et sa capacité à réagir en situation professionnelle. L’exercice permet :

  • de comprendre un enjeu à caractère juridique / économique / financier
  • d’évaluer la connaissance de l’actualité du candidat

La réussite de cet exercice dépend ainsi essentiellement de votre capacité à extraire les idées les plus pertinentes du dossier et à les présenter de manière concise. La note poursuit plusieurs objectifs.

  • La note vise à une présentation hiérarchique de l’information : seules les informations importantes doivent être retenues.
  • La note doit obligatoirement être structurée sous la forme d’un plan. Ce plan est le plus souvent en deux parties, chaque partie ayant deux sous-parties. Exceptionnellement, des plans en trois parties seront acceptés voire préconisés par le jury lui-même.
  • La structure même de la note doit donc refléter les thèmes importants du dossier. La note doit être construite, c’est-à-dire que les thèmes importants ne sont pas seulement juxtaposés. Il existe un lien entre les idées, un thème abordé découle du précédent.

La note de proposition consiste à synthétiser un problème et à proposer dans une seconde note, une solution ou des propositions. La grande différence avec la note administrative est que le candidat a le droit de recourir à des connaissances extérieures au dossier. C’est même fondamental au concours d’inspecteur des finances publiques. La différence avec le rapport est qu’il s’agit de rédiger deux notes différentes : la note proprement dite de proposition pourrait être la seconde partie du rapport.

Cependant, à l’aune des retours d’expérience et de l’esprit du concours, il faut comprendre que si la note de propositions, la partie plus personnelle à chaque candidat, est certes la valeur ajoutée d’une copie, elle est cependant cantonnée à deux pages environ maximum. À vue d’œil, il vous faut donc considérer que le travail le plus long est celui de la synthèse. Il faut lui réserver environ 2/3 du temps imparti. Pour cette première partie du travail, la note de synthèse donc, le candidat est invité à procéder dans l’ordre qui suit.

1ère  étape : lecture du sujet

La note de synthèse propose le plus souvent un sujet (sujet que l’on appelle également aujourd’hui « commande »). Lisez et relisez le sujet en vous posant les questions :

  • Qui ?
  • Quoi ?
  • Quand ?
  • Où ?
  • Comment ?
  • Causes ?
  • Conséquences ?
  • Combien ?

Vous poser ces questions permet de fixer à votre cerveau des objectifs précis de recherche d’informations. Au lieu de lire passivement les documents joints, vous allez les lire en ayant en tête l’idée de répondre à toutes ces questions.

2e  étape : le survol

Au cours de cette étape cruciale, vous allez lire la liste des documents figurant dans votre dossier, vérifier qu’ils sont bien présents et enfin déterminer un ordre personnel de lecture.

3e étape : lecture intégrale des documents

Vous commencez par le document qui vous paraît le plus simple et le plus exhaustif et vous terminez par les plus austères.

La pratique de la note vous amène à voir que parfois, il existe un « document-pivot », c’est-à-dire un document important car il est à la fois relativement facile d’accès et résume bien l’ensemble de la question. C’est ce document qu’il convient de repérer rapidement lors de l’étape précédente et sur lequel il faudra redoubler d’attention au cours de cette présente étape.

4e étape : élaboration du plan

Facile et pas facile. Facile car le plus souvent, la commande (le sujet) vous indique les deux parties voire les sous-parties de votre synthèse. Difficile car cette pratique peut changer.

5e étape : rédaction de l’introduction

L’introduction est la première impression que vous donnez à votre correcteur. Il vous faut donc la soigner particulièrement. Rédigez-la entièrement avant de la recopier au propre. Il vous est recommandé de :

  • faire une première phrase qui consiste souvent à décrire le phénomène, le sujet, parfois en donnant dès ce stade des chiffres ou des statistiques.
  • de « justifier » le sujet, c’est-à-dire de souligner sa pertinence par son importance.
  • poser la problématique dégagée dans la phase précédente.
  • faire votre annonce de plan clairement mais brièvement. Il est impératif d’indiquer entre parenthèses les différentes parties abordées : (I) et (II).

6e étape : rédaction du corps de la note de synthèse

7e étape : analyse du sujet de la note de proposition

L’objectif de cette étape est de comprendre le sens de la question posée (la 2e partie du libellé du sujet).

  • Cernez les termes clefs du sujet.
  • Définissez les le plus objectivement possible. Certains sujets comportent ainsi des éléments qui permettent de les situer, comme par exemple, « en France » ou « dans le monde contemporain ».

8e étape : recherche des idées

L’objectif de cette étape est de trouver des idées, des arguments et des exemples permettant de répondre à la question posée. 

  •  Laissez affluer le plus librement possible les idées, les exemples liés au sujet ; qu’elles soient issues du dossier ou bien naturellement qu’elles proviennent de votre culture personnelle. Il est nécessaire de sélectionner les idées les plus pertinentes si elles sont nombreuses, car deux à quatre idées principales suffisent. L’erreur souvent commise est de vouloir à tout prix insérer toutes les idées dans son devoir.
  • Posez-vous les questions classiques (comme avant la lecture des documents) : Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Comment ? Causes ? Conséquences ? Combien ? Comparez les avantages / inconvénients ; comparez la situation géographique, en France / à l’étranger ; comparez une nouvelle approche d’un problème avec l’ancienne ; surtout, demandez-vous quel est le lien entre le dossier, le sujet et l’actualité.
  • Regroupez, triez et supprimez les idées trouvées. Toutes les idées précédentes ont été notées de manière succincte sans recul. Il convient donc ensuite de les trier : éliminez les doublons, développez quelques-unes, trouvez un exemple, soulignez la progression / le lien logique entre les idées et évacuez les idées secondaires.

9e étape : Élaboration du plan de la note de propositions

À la différence de la note de synthèse, la note de propositions correspond plutôt à un « rapport » et se distingue par un contexte professionnel plus marqué. Il vous est théoriquement demandé d’apporter des propositions / solutions à des situations données. En pratique, au regard des annales, il est évident que l’on ne vous demande pas de résoudre la crise de 2008 ou de trouver une issue à la désindustrialisation. Le jury cherche à savoir si vous êtes au courant des enjeux.

Le plan de votre note de propositions est très libre et simple : introduction, développement en deux ou trois parties et conclusion. Trois parties car parfois, sur des sujets de mise en application d’un dispositif il serait possible de développer : avant-projet / déroulement / évaluation ; ou pilotage / moyens / évaluation. Dans la pratique, le plan en deux parties est sans doute plus courant et à privilégier.

10e étape : Rédaction de l’introduction et du corps de la note

Nous renvoyons ici à nos conseils exposés ci-dessus, concernant la note de synthèse : ils sont identiques. Mais l’introduction étant brève, elle ne nécessite pas l’écriture d’un premier jet au brouillon.

 

Comme tous les exercices de méthode, la note de synthèse avec proposition nécessite un minimum d’entraînements pour sa maîtrise. Le temps est notamment un facteur décisif: trop de candidats sacrifient la note de propositions.

Notre module d’entraînement à la note de synthèse avec proposition (ou notre préparation complète) permet de vous confronter à l’exercice, sur des sujets comparables (exclusivement des sujets économiques/financiers) et possibles (nos sujets sont élaborés chaque année, en fonction de l’actualité notamment), en bénéficiant du suivi de professeurs, notamment inspecteurs des finances publiques, connaissant les attentes du jury.