Test de lecture

Lisez-vous rapidement ?

Si nous sommes relativement circonspects vis à vis de la réalité de la « lecture rapide », le fait est qu’il faut néanmoins un minimum de rapidité pour lire les documents présentés dans les dossiers (textes de résumé à faire, notes de synthèses, rapports…). Alors faites le point!

Appuyez sur le bouton « Démarrer » ci-dessous et lorsque vous aurez terminé, appuyez sur le bouton « Terminer ». Votre vitesse de lecture apparaîtra exprimée en nombre de mots à la minute.

 

« Les grands bouleversements qui précèdent les changements de civilisation semblent, au premier abord, déterminés par des transformations politiques considérables : invasions de peuples ou renversements de dynasties. Mais une étude attentive de ces événements découvre le plus souvent, comme cause réelle, derrière leurs causes apparentes, une modification profonde dans les idées des peuples. Les véritables bouleversements historiques ne sont pas ceux qui nous étonnent par leur grandeur et leur violence. Les seuls changements importants, ceux d’où le renouvellement des civilisations découle, s’opèrent dans les opinions, les conceptions et les croyances. Les événements mémorables sont les effets visibles des invisibles changements des sentiments des hommes. S’ils se manifestent rarement, c’est que le fond héréditaire des sentiments d’une race est son élément le plus stable. L’époque actuelle constitue un des moments critiques où la pensée humaine est en voie de transformation.

Deux facteurs fondamentaux sont à la base de cette transformation. Le premier est la destruction des croyances religieuses, politiques et sociales d’où dérivent tous les éléments de notre civilisation. Le second, la création de conditions d’existence et de pensée entièrement nouvelles, engendrées par les découvertes modernes des sciences et de l’industrie. Les idées du passé, bien qu’ébranlées, étant très puissantes encore, et celles qui doivent les remplacer n’étant qu’en voie de formation, l’âge moderne représente une période de transition et d’anarchie. D’une telle période, forcément un peu chaotique, il n’est pas aisé de dire actuellement ce qui pourra sortir un jour. Sur quelles idées fondamentales s’édifieront les sociétés qui succéderont à la nôtre ? Nous l’ignorons encore.

Mais, dès maintenant, l’on peut prévoir que, dans leur organisation, elles auront à compter avec une puissance nouvelle, dernière souveraine de l’âge moderne : la puissance des foules. Sur les ruines de tant d’idées, tenues pour vraies jadis et mortes aujourd’hui, de tant de pouvoirs successivement brisés par les révolutions, cette puissance est la seule qui se soit élevée, et paraisse devoir absorber bientôt les autres. Alors que nos antiques croyances chancellent et disparaissent, que les vieilles colonnes des sociétés s’effondrent tour à tour, l’action des foules est l’unique force que rien ne menace et dont le prestige grandisse toujours.

L’âge où nous entrons sera véritablement l’ère des foules. Il y a un siècle à peine, la politique traditionnelle des États et les rivalités des princes constituaient les principaux facteurs des événements. L’opinion des foules, le plus souvent, ne comptait pas. Aujourd’hui les traditions politiques, les tendances individuelles des souverains, leurs rivalités pèsent peu. La voix des foules est devenue prépondérante. Elle dicte aux rois leur conduite. Ce n’est plus dans les conseils des princes, mais dans l’âme des foules que se préparent les destinées des nations. L’avènement des classes populaires à la vie politique, leur transformation progressive en classes dirigeantes, est une des caractéristiques les plus saillantes de notre époque de transition. Cet avènement n’a pas été marqué, en réalité, par le suffrage universel, si peu influent pendant longtemps et d’une direction si facile au début.

La naissance de la puissance des foules s’est faite d’abord par la propagation de certaines idées lentement implantées dans les esprits, puis par l’association graduelle des individus amenant la réalisation de conceptions jusqu’alors théoriques. L’association a permis aux foules de se former des idées, sinon très justes, au moins très arrêtées de leurs intérêts et de prendre conscience de leur force. Elles fondent des syndicats devant lesquels tous les pouvoirs capitulent, des bourses du travail qui, en dépit des lois économiques, tendent à régir les conditions du labeur et du salaire. Elles envoient dans les assemblées gouvernementales des représentants dépouillés de toute initiative, de toute indépendance, et réduits le plus souvent à n’être que les porte-parole des comités qui les ont choisis.

Aujourd’hui les revendications des foules deviennent de plus en plus nettes, et tendent à détruire de fond en comble la société actuelle, pour la ramener à ce communisme primitif qui fut l’état normal de tous les groupes humains avant l’aurore de la civilisation. Limitation des heures de travail, expropriation des mines, des chemins de fer, des usines et du sol ; partage égal des produits, élimination des classes supérieures au profit des classes populaires, etc. Telles sont ces revendications.

Peu aptes au raisonnement, les foules se montrent, au contraire, très aptes à l’action. L’organisation actuelle rend leur force immense. Les dogmes que nous voyons naître auront bientôt acquis la puissance des vieux dogmes, c’est-à-dire la force tyrannique et souveraine qui met à l’abri de la discussion. Le droit divin des foules remplace le droit divin des rois. ses idées un peu étroites, ses vues un peu courtes, son scepticisme un peu sommaire, son égoïsme parfois excessif, s’affolent devant le pouvoir nouveau qu’ils voient grandir, et, pour combattre le désordre des esprits, adressent des appels désespérés aux forces morales de l’Église, tant dédaignées par eux jadis. Ils parlent de la banqueroute de la science, et nous rappellent aux enseignements des vérités révélées.

Mais ces nouveaux convertis oublient que si la grâce les a vraiment touchés, elle ne saurait avoir la même puissance sur des âmes peu soucieuses des préoccupations de l’au-delà. Les foules ne veulent plus aujourd’hui des dieux que leurs anciens maîtres ont reniés hier et contribué à briser. Les fleuves ne remontent pas vers leurs sources. La science n’a fait aucune banqueroute et n’est pour rien dans l’anarchie actuelle des esprits ni dans la puissance nouvelle qui grandit au milieu de cette anarchie. Elle nous a promis la vérité, ou au moins la connaissance des relations accessibles à notre intelligence ; elle ne nous a jamais promis ni la paix ni le bonheur.

Souverainement indifférente à nos sentiments, elle n’entend pas nos lamentations et rien ne pourrait ramener les illusions qu’elle a fait fuir. D’universels symptômes montrent chez toutes les nations l’accroissement rapide de la puissance des foules. Quoi qu’il nous apporte, nous devrons le subir. Les récriminations représentent de vaines paroles. L’avènement des foules marquera peut-être une des dernières étapes des civilisations de l’Occident, un retour vers ces périodes d’anarchie confuse précédant l’éclosion des sociétés nouvelles. Mais comment l’empêcher ? »

Gustave Le Bon, Psychologie des foules

Vous lisez à mots par minute